Internet of Things

Aussi appelé IoT, l’Internet of Things (Internet des objets en français) s’affirme comme la révolution 4.0 qui devrait bouleverser prochainement le paysage de l’entreprise. En tant que DSI, vous avez sans doute déjà été confronté aux multiples perspectives ouvertes par les champs d’application de l’IoT. Votre direction vous a peut-être déjà orienté vers la nécessité d’avoir recours aux objets connectés. En effet, l’on compte déjà plus de 40 milliards de dispositifs à travers le monde entier ayant fait apparition dans notre quotidien et, par extension, dans le monde de l’entreprise. Découvrez ce que signifie l’Internet of Things et quels sont les bénéfices potentiels apportés à votre entreprise par cette technologie.

Envie d’en savoir sur les objets connectés, la réalité augmentée et comment ils peuvent aider votre entreprise ? Téléchargez notre guide des objets connectés au service des entreprises.

 

Internet of Things : définition

Comme son nom l’indique, l’IoT désigne la digitalisation des objets, qui peuvent être connectés au réseau Internet pour interagir avec des milliers d’utilisateurs. L’essor des nouvelles technologies, notamment la démocratisation des réseaux sans fil, a favorisé l’émergence de cette innovation.

Tous types d’objets sont susceptibles de devenir des objets connectés, contrôlés ou supervisés à distance. L’exemple le plus courant est la domotique : une maison toute entière peut être connectée et reliée à Internet, des éclairages aux systèmes d’alarmes. Les habitants peuvent intéragir avec les équipements de leur domicile, qu’ils occupent ce dernier ou soient en déplacement. Ouvrir la porte de son garage à une heure précise ou éteindre une lampe oubliée alors que l’on se trouve à des kilomètres de chez soi est désormais possible.

Dans le monde professionnel, tous les secteurs d’activités sont concernés par ces avancées. Par exemple, l’Internet des Objets simplifie les flux de production et en favorise l’autonomie. Il est ainsi possible d’imaginer des chariots de manutention se déplacer sans conducteur, simplement conduits à distance par un employé ne se trouvant pas dans l’entrepôt.

L’Internet des Objets n’est pas, contrairement aux idées reçues, un phénomène récent. L’on estime que l’idée de créer des objets connectés a vu le jour à la fin des années 90. Mais les technologies émergentes, comme le RFID (capteur permettant de tracer des mouvements), n’étaient pas encore complètement abouties. Le développement exponentiel des réseaux de communication et le prochain avènement de la 5G optimisent le fonctionnement des objets connectés et les rendent plus accessibles.

Plus spécifiquement, le terme IoT désigne des périphériques qui ne sont pas censés être connectés à Internet, contrairement aux PC, tablettes et smartphones qui sont dédiés partiellement ou intégralement à cet usage. Une montre, un réveil ou un bracelet connecté peuvent être considérés comme des IoT, dans le sens où leur fonction première est éludée au profit de fonctionnalités digitales avancées. Mais les objets connectés sont parfois beaucoup plus surprenants, comme en témoignent les Google Glasses (lunettes connectées) ou, plus récemment, la veste en jean Levi’s reliée au web grâce à des capteurs cousus au niveau du tissu.

 

Les bénéfices de l’Internet of Things pour les entreprises

 

L’amélioration de la relation client

À l’instar des applications web, de nombreuses entreprises se sont lancées dans la création de leurs propres objets connectés, distribués à leurs clients. Ils disposent ainsi d’une incroyable base de données comportementales, également appelée « Big Data », leur permettant d’adapter et d’affiner leur stratégie. Il leur est ainsi possible de mieux définir les attentes des consommateurs et d’interagir à chaque moment avec eux, lorsqu’ils le désirent. Le croisement des données permet d’adopter une approche de cross selling ou d’anticiper les besoins des acheteurs, avant même que leur décision ne soit clairement matérialisée. Les capteurs des objets connectés sont capables de brasser une immense quantité d’informations utiles, qui améliorent la prise de décision des différents services de l’entreprise.

 

La simplification des processus opérationnels

Les entreprises spécialisées dans des secteurs tels que le e-commerce ou le transport peuvent tirer parti des technologies liées à l’Internet of Things. En effet, celles-ci permettent d’améliorer la géolocalisation de la marchandise, d’obtenir immédiatement un suivi des flux logistiques et de faciliter l’interaction entre transporteurs et manutentionnaires. De plus, les périphériques IoT améliorent les performances des entreprises en automatisant les processus redondants et chronophages. L’expérience de la société UPS, spécialisée dans l’acheminement de courrier et de colis, illustre cette idée. En utilisant des capteurs IoD connectés à sa plateforme logistique, elle peut obtenir de précieuses informations pour limiter la consommation d’essence de sa flotte de véhicules, modifier les itinéraires si nécessaire et obtenir un tracking en temps réel de chaque colis quittant ses entrepôts.

Dans le domaine de la santé, les moniteurs intelligents peuvent recueillir des données concernant l’état du patient et sa condition physique. Les informations sont ensuite directement transmises au niveau du dossier personnel du patient, pour une exploitation fiable et génératrice de valeur pour tous les acteurs médicaux. L’actualité a récemment révélé qu’un malade avait pu être sauvé au cours de son opération, grâce aux informations stockées sur son dossier personnel et transmises à son médecin par le biais de ses lunettes connectées. Le suivi en temps réel permet d’adapter les thérapeutiques et d’anticiper l’évolution naturelle d’une maladie chronique, offrant ainsi une prise en charge sur mesure de qualité.

 

Quelques exemples de d’Industrial Internet Of Things

Pour certaines entreprises, l’IoT s’est affirmé comme un levier de modernisation et de conversion. Les stratégies réussies impliquant l’utilisation des objets connectés sont nombreuses. En voici quelques exemples :

  • Les assistants vocaux : ils permettent d’optimiser les chaînes de production (supply chain) à travers la détection de dysfonctionnements en temps réel, le monitoring des flux ou encore la maintenance prédictive.
  • Les outils de simulation : en définissant des scénarios fictifs, ils aident les dirigeants à choisir les bonnes options et à anticiper des problèmes potentiellement dangereux pour la santé de leur entreprise. Ces outils permettent de construire des univers virtuels, à l’instar des villes intelligentes, par exemple.
  • Les IoD pour l’usinage et la fabrication : ils vont au-delà de la robotisation des tâches opérationnelles. En effet, l’IoT industriel permet de réduire les interruptions de la chaîne de production grâce à une connectivité approfondie avec chaque composant, afin de détecter une défaillance éventuelle, avant même qu’elle ne se produise.

L’Iot peut s’appliquer à des domaines pointus, où la prise de décision rapide est un enjeu primordial, comme la cybersécurité.

Partant du constat que les attaques des pirates informatiques (hackers) étaient de plus en plus fréquentes et généraient des impacts financiers dramatiques pour les entreprises, Microsoft a mis au point, en partenariat avec Toshiba, un dispositif IoT destiné à mieux contrer les cyberattaques. Ce dispositif repose sur la création d’une entreprise fictive à dimension internationale, appelée Contoso. Il a pour vocation d’analyser le mode d’action des pirates et de définir des stratégies efficaces pour les empêcher de nuire. Ce scénario imaginaire, mais inspiré de faits réels, se déroule en 4 grandes phases : la collecte des informations personnelles, la tentative d’intrusion, la compromission d’un poste de travail et la récupération des données par les pirates. L’objectif du projet Contoso est de trouver de nouvelles voies pour améliorer les dispositifs de sécurité informatique d’une entreprise.

 

Qu’en est-il de la vie privée et de l’Internet of Things ?

Comme nous l’avons vu précédemment, le mode de fonctionnement des objets connectés repose sur des capteurs capables de recueillir des données. Il s’agit donc d’une technologie qui peut s’avérer invasive, notamment en ce qui concerne la vie privée. Les consommateurs sont les plus exposés, puisqu’en utilisant des objets connectés, ils transmettent, sans même s’en rendre compte, une multitude de renseignements aux entreprises qui en effectuent la collecte. Les sociétés qui ont recours à ces technologies doivent faire preuve de prudence pour garantir la confidentialité des informations qui transitent dans leurs locaux et qui peuvent être corrompues. Plusieurs alternatives existent pour optimiser la sécurité, comme le cryptage des données et le contrôle des renseignements recueillis, grâce à des restrictions d’utilisation des objets connectés.

 

Quel est le rôle du DSI dans la démocratisation de l’Internet of Things ?

En tant que DSI, vous ne pourrez pas échapper aux objets connectés. Le cabinet Gartner affirme que l’IoT va générer en 2020 un chiffre d’affaires de plus de 300 milliards d’euros.

Il s’agit donc d’une source de revenus potentiels non négligeables pour votre entreprise.

Mais l’avènement de l’IoT soulève également des problématiques de sécurité complexes. Selon Cisco « 80% des objets connectés connaitraient des failles de sécurité ».

Il s’agit de protéger l’entreprise des dérives et tentatives de détournement liées à l’utilisation du réseau web. Il sera également indispensable d’orchestrer et organiser la quantité massive de données générées et stockées par ces objets. À cette, fin le recrutement de nouvelles compétences s’affirmera indispensable.

Vous devrez également assurer un rôle d’évangélisateur au sein de l’entreprise pour former et sensibiliser les utilisateurs à ces nouvelles pratiques dont les contours sont encore mal définis. Enfin, une connaissance approfondie des différentes possibilités offertes par les objets connectés est seul gage de réussite d’une stratégie impliquant l’Internet of Things.

 

A lire aussi dans notre dossier « Internet of Things » :