Les arrêts de machines de production dans l’industrie font perdre du temps, de l’argent et surtout de la productivité. À l’ère du web 3.0, du big data et du tout connecté, des solutions commencent à émerger. L’une d’elles se base sur l’IoT, Internet of Things, qu’on peut traduire par Internet des objets. L’idée derrière ce concept est d’interconnecter à la fois des capteurs de longues portées sans fil, mais également des périphériques aux lunettes et montres connectées. Ces objets technologiques ouvrent les portes à une nouvelle dimension pour les opérateurs qui peuvent prendre en charge des problèmes à distance et avant même qu’ils se produisent. Avec l’IoT, éviter les arrêts de production est devenu une réalité.

 

A lire aussi dans notre dossier « IoT et maintenance industrielle » :

 

Comment l’IoT permet-il de réduire ces arrêts de production ?

Réduire les temps d’arrêt en production est envisageable grâce à l’IoT. En utilisant des objets connectés, il est possible d’intervenir dans certains cas avant même qu’une panne se produise.

C’est ce que l’on appelle la maintenance prédictive. Ainsi, par le biais de capteurs connectés aux machines et aux quantités de données transmises en temps réel et par l’utilisation d’une intelligence artificielle, il est possible de détecter une panne avant que celle-ci se présente.

Cette nouvelle forme de maintenance permet de gagner énormément de temps : l’arrêt de la machine peut être planifié rapidement et le changement de la pièce usée ou défectueuse peut se faire facilement puisque le technicien sait exactement ce qu’il doit faire.

Avec l’évolution de la technologie, les modes opératoires évoluent et le volume de données qu’il est possible de traiter en temps réel devient de plus en plus important. Qui sait ce que les prochaines années nous réservent ?

 

Montres et lunettes connectées, la réalité virtuelle au service de l’industrie

L’Internet des objets a permis de mettre en place de nouveaux protocoles associés à l’usage d’objets connectés pour simplifier les interventions sur les machines.

On peut citer par exemple les montres connectées qui peuvent fournir une instruction de travail détaillée et guider le personnel en temps réel en cas de problème.

Le placement de « QR codes » en fonction des pannes rencontrées permet d’obtenir les informations nécessaires et de relancer les équipements de production rapidement.

Les lunettes connectées sont également un outil en vogue dans l’industrie.

Elles offrent l’opportunité d’une part de transmettre des informations directement par le biais de la caméra fixée sur le dispositif, et d’autre part de permettre de superposer des éléments sur ce qui est vu par l’opérateur.

Associer virtuellement des données en provenance d’objets connectés à un objet physique offre la possibilité à une personne de bénéficier en temps réel d’un grand nombre d’informations qui la rendent autonome.