déploiement de la 5G

Après plusieurs mois d’expérimentations, le déploiement de la 5G prend son envol en France : chaque opérateur le souhaitant a l’opportunité de se porter candidat pour l’obtention des fréquences mises aux enchères par le Gouvernement et l’Autorité de régulation. Grâce à cette innovation, les collectivités vont pouvoir développer leur territoire en offrant d’autres services, plus performants, à la population.

Déploiement de la 5G : l’intérêt des technologies 5G pour les collectivités

La génération 5G n’est pas seulement une avancée au niveau du réseau mobile. Elle est aussi la génération des objets connectés et de la domotique. 

La quantité d’information transmise, bien plus intéressante que celle de la 4G et aussi élevée que pour un réseau de fibres internet, associée à une réduction significative de la latence, favorise la mise en place d’objets innovants tels que capteurs de mouvement, lampadaires, feux de circulation et autres équipements urbains intelligents. 

Le réseau 5G va également permettre d’amorcer un nouveau virage dans le domaine des transports en commun et de la protection de l’environnement. 

Des bus et des moyens de transport plus propres, plus écologiques car électriques, vont peu à peu remplacer les navettes traditionnelles.

Dans les grandes villes et en accord avec l’Arcep, plusieurs plateformes d’expérimentations en fréquence 26 GHz (mobilisant plusieurs antennes) ont déjà permis la mise à profit des données recueillies par les différents capteurs et l’élaboration de plans pour réduire la consommation énergétique et limiter de façon significative le gaspillage.

Des différences marquées avec le réseau 4G, réseau mobile actuel

Le déploiement du nouveau réseau modifie les usages et favorise l’utilisation d’objets connectés 5G fonctionnant à très haute fréquence, avec un haut débit et une faible latence. 

Mais comment se passe l’attribution nationale des fréquences en France métropolitaine ? 

En fait, la procédure d’attribution des fréquences se déroule en plusieurs phases et concerne pour le moment la bande 3,4-3,8 GHz, suffisante pour diversifier les usages.

Chaque opérateur téléphonique a pu candidater pour obtenir aux enchères des blocs de fréquence fixés à 350 millions d’euros chacun par le Gouvernement. 

Une attribution des fréquences additionnelles est également prévue pour élargir la couverture au-delà des grandes villes. 

Ainsi, le déploiement de la technologie 5G s’annonce rapide et ciblé. L’autorité de régulation, l’Arcep, est chargée d’organiser les préparatifs concernant l’attribution nationale des fréquences et la délivrance des autorisations.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la 5G ne va pas engendrer une démultiplication des antennes puisque la couverture devrait être assurée majoritairement par les sites mobiles existants. 

En parallèle, de nouveaux relais seraient installés en milieu rural pour améliorer la qualité de la technologie 4G.