Avantages et inconvénients du cloud computing

Si le cloud computing est de plus en plus répandu au sein des entreprises, certaines hésitent encore à sauter le pas, ayant parfois quelques difficultés à obtenir une vision claire des avantages et inconvénients du cloud computing.

Comment fonctionne le cloud computing ?

Dans une entreprise possédant une infrastructure informatique classique, les serveurs hébergeant les données et les applications se trouvent sur site, dans les locaux de l’entreprise. 

Chaque employé accède à ses informations via le réseau local ou via un réseau privé si une telle solution a été mise en place. 

L’avantage est que l’entreprise a une parfaite maîtrise de son infrastructure et gère elle-même la sécurité de ses données. 

L’inconvénient est qu’elle doit déployer des moyens matériels, humains et financiers non négligeables pour maintenir et faire évoluer cette infrastructure.

Avec une solution cloud, les données et les applications sont stockées dans une infrastructure externe, dans un ou plusieurs datacenters. 

L’entreprise délocalise donc tout ou une partie de ses données et de ses services dans le cloud, qui peut être public (un service proposé à n’importe quel particulier), privé (des serveurs chez le prestataire sont dédiés à l’entreprise) ou hybride (l’entreprise conserve une partie de l’infrastructure en interne).

Les salariés accèdent aux données et aux logiciels de l’entreprise via Internet ou un réseau privé virtuel (VPN), de la même façon que s’ils étaient connectés à une infrastructure locale.

Quels avantages apporte-t-il à une entreprise ?

Une solution cloud présente de nombreux avantages. Pour commencer, les fournisseurs de services cloud garantissent l’intégrité, la sécurité et la confidentialité des données. 

La protection des données est au cœur du système. Les données sont chiffrées et dupliquées dans différents datacenters de façon à s’assurer qu’elles sont toujours accessibles.

L’entreprise paie chaque mois un abonnement en fonction de son besoin et de son utilisation réelle des services cloud. 

Les coûts sont ainsi grandement réduits, puisqu’il n’est plus nécessaire de maintenir une équipe en interne ni d’investir dans une lourde infrastructure. 

La solution cloud s’adapte aux besoins de l’entreprise. Un pic d’activité peut être facilement absorbé avec un retour à la normale par la suite. 

L’infrastructure (puissante de calcul, stockage, bande passante…) s’ajuste automatiquement. Les coûts peuvent ainsi être mieux maîtrisés tout en vous aidant à conserver une grande flexibilité.

Le travail collaboratif est également facilité. Les données et les logiciels étant accessibles depuis n’importe quel terminal possédant les droits suffisants, il est possible de faire travailler ensemble des équipes séparées géographiquement en utilisant des canaux sécurisés.

La migration d’une infrastructure locale vers une solution cloud n’est pas compliquée contrairement à certaines idées reçues. 

Le passage d’une solution « locale » à une solution cloud ne nécessite pas la réécriture complète des applications utilisées (l’utilisation de conteneurs Docker permet de faire fonctionner des applications internes à l’entreprise sur des serveurs distants) et ne dure en général que quelques jours avec une architecture bien pensée.

Enfin, l’utilisation d’une solution cloud permet de profiter en permanence des dernières innovations. 

Alors que l’évolution d’une infrastructure interne peut être très coûteuse, les fournisseurs de services cloud mettent régulièrement à jour leurs offres avec les dernières technologies et les dernières versions des logiciels utilisés.

Quels sont les inconvénients du cloud computing ?

Une infrastructure cloud présente tout de même quelques inconvénients.

Le premier, et non des moindres, est de créer une relation de dépendance entre l’entreprise et le prestataire du cloud. 

Il est donc impératif d’étudier les offres et de s’assurer que toutes les garanties nécessaires sont bien présentes.

L’utilisation des données et des applications nécessite également un accès à Internet. 

Si, pour une raison quelconque, cet accès n’est plus disponible, l’entreprise est alors privée de ses données durant toute la durée de la panne. 

Les précautions prises par les fournisseurs cloud sont généralement suffisantes, mais personne n’est à l’abri d’un incident.

Enfin, en externalisant son infrastructure, l’entreprise en perd la maîtrise, du moins en partie. 

Cela peut poser un problème en fonction de l’activité et des contraintes, notamment en termes de confidentialité. 

Les entreprises travaillant dans un domaine sensible, comme la défense ou l’aviation par exemple, doivent s’assurer de la sécurité des données, et notamment de l’endroit où elles sont stockées (de façon à garantir qu’elles ne quittent pas le territoire national). 

Il est aussi possible d’opter pour un cloud hybride qui permettra de conserver les informations les plus sensibles en interne.

Toshiba_Avantages et inconvénients du cloud computing