antennes 5g

La 5G est une nouvelle avancée pour la téléphonie mais aussi le numérique. Si la 2G et la 3G ne permettaient que de passer des appels et envoyer des SMS, la 4G a engendré d’autres usages en assurant une connexion en haut débit à internet. En 2020, les technologies surpassent et de loin les solutions passées. Grâce aux antennes pour 5G, les opérateurs vont pouvoir proposer de nouvelles applications aux professionnels, comme aux particuliers.

Les technologies 5G : fonctionnement et avantages

Considérés comme l’une des évolutions les plus importantes, les objets connectés 5G facilitent le travail dans l’industrie et la vie des habitants.

Au fur et à mesure que le réseau va se déployer, que le débit de connexion va augmenter, de nouvelles applications vont apparaître. Les enjeux sont de taille tant pour l’industrie que pour la vie des collectivités territoriales et des villes.

Rappelons d’abord que les économies d’énergie font partie des priorités. Grâce à l’ IOT, c’est à dire l’Internet de l’Objet, la domotique et la robotique vont connaître un développement rapide et constant.

Les objets connectés et l’ IOT ne tarderont donc pas à faire partie de la stratégie globale de chaque entreprise.

Tout objet connecté, demandant un temps de latence réduit, est amené à faire partie de systèmes complexes reliés au déploiement des antennes dédiées à la 5G.

Réseau 4G et attribution des fréquences

Beaucoup se posent des questions sur l’intérêt de poser des antennes de façon à obtenir une meilleure couverture, une plus faible latence et un débit 5G plus intéressant encore. Certains se questionnent sur la dangerosité de ces systèmes et c’est bien normal.

Chaque fois qu’une nouvelle technologie est apparue, la 2G, la 3G puis la 4G, des polémiques ont vu le jour.

Pour se rendre compte de la réelle efficacité de la 5G, de son intérêt pour l’économie d’énergie dans les villes, la vie des collectivités ou encore la multiplication des objets connectés et la protection de l’environnement, il faut un certain recul.

En attendant, le développement du réseau par les opérateurs est un des enjeux majeurs de 2020 et plusieurs dates sont à retenir. Le calendrier est à présent officiel :

  • En septembre, les enchères officielles vont permettre l’attribution des principaux blocs de fréquence : 4 blocs de 50 MHz avec un prix de départ de 350 millions d’euros l’unité.
  • En novembre, les blocs complémentaires seront distribués selon le même procédé. 11 blocs de 10 MHz seront alors accessibles à un prix au moins égal à 70 millions d’euros.

La couverture du territoire et la mise en terre des premières antennes intelligentes vont donc débuter en novembre ou décembre 2020.